Winter Road Trip : De Grasse à la Slovénie

January 5, 2020

La boucle est bouclée, 2018 - 2019 l'année du voyage.
 

 Cet hiver j’avais décidé de faire un break avec la maison. Et c’est ainsi que le 27 décembre dès 6h le matin je chargeais ma voiture de provision, d’un duvet et de quoi me tenir chaud, quelques fringues de rechange, trousse de toilette et c’était parti !
J’avais 3 blablacar à récupérer en chemin et direction Vérone pour la première étape !
J’avais toujours voulu y aller, Vérone me laissait songeuse depuis de nombreuses année et c’est ainsi que j’ai découvert un musée à ciel ouvert ! La ville de Roméo & Juliette est un régal pour les yeux. Allant de rue en rue, je me suis laissée porter par le vent et l’aventure.
Ce soir là, dégustant mon verre de vin blanc et sûrement la meilleure pizza que je n’ai jamais mangé de ma vie dans une petite Osteria, je venais de réaliser que en 30 ans (presque 31) je n’étais jamais partie seule à l’aventure. J’allais me retrouver en compagnie avec moi même pour une semaine et, wahou quelle sensation de liberté! J’allais pouvoir me retrouver et faire le point avec moi-même.

La nuit tombée je retrouvais mon hôtel particulier: ma caisse ! Le temps de trouver la bonne position dans ma petite mégane, recroquevillée sur les sièges arrières, je ne me fit pas prier pour m’endormir.
Le lendemain réveil à 7h pour pouvoir profiter une dernière fois de Vérone et des fameux ginseng café que j’affectionne tant en Italie, avant de prendre la route pour Venise!
 

Ah Venise! Elle M’avait tant faite languir, rêver, miroité et, l’émerveillement avait surpassé toutes mes attentes. La finesse de l’architecture, le charme émanant des lieux peu importe où se posent nos yeux. Chaque paysage ou bâtisse est un tableau vivant, un chef d’oeuvre.
J’ai marché pendant des heures, laissant aller mes pas à leur guise, et c’est en me perdant au hasard et au gré du temps que je me suis le plus émerveillée par ce que Venise avait à m’offrir.
Je garderai un souvenir inoubliable de cette adorable Mamie avec laquelle après avoir échangé quelques paroles sur la pluie et le beau temps, m’invitera volontiers à venir prendre le café chez elle.

Le lendemain matin, j’étais partie en vadrouille pour encore quelques heures en changeant d’itinéraire, allant de découverte en découverte, devenant chèvre avec toutes ces rues menant dans des culs sacs, avant de regagner ma voiture à midi puis de me mettre en route pour la Slovénie.
 

 

Je devais arriver en fin de journée. J’avais décidé d’esquiver l’autoroute pour ne prendre que les routes départementales. Tout se déroulait bien, les paysages défilaient, une pause par ci, une pause par là, jusqu’à ce que à moins d’une heure d’arriver, je ne devienne la témoins du drame de ce pauvre chat renversé par une automobiliste roulant bien trop vite dans ce village... Ni une ni deux, j’ai pilé, garée ma voiture comme une sauvage sur le trottoir et suis sortie en trombe voir si je pouvais tenter quelque chose pour l’accidenté. Malheureusement s’en était finit de lui... il agonisera cinq bonnes minutes qui me paraîtront interminables... et j’ai pleuré...putain que j’ai pleuré d’être impuissante face à sa souffrance. Il n’y avait pas âme qui vive dans le quartier. Nous étions un dimanche, aucune urgence vétérinaire aux alentours et quand bien même, ils seraient arrivés trop tard. J’avais le coeur brisé. J’ai tenté de sonner chez les voisins afin de savoir s’ils connaissaient ce chat, mais personne ne répondra... c’est le coeur lourd que j’ai du abandonner le malheureux à son triste... de toute façon il avait rejoint le paradis des chats... repris donc ma route.
 

 

Arrivée en Slovenie en fin d’après-midi, fatiguée de la route et à peine remise de mes émotions, je décidais de faire étape à Most Na Socì. Un petit village situé au bord d’un lac, entouré de montagnes. Une balade pour me dégourdir les jambes, une bonne bière du pays et une pizza conclurent cette journée.

Le Lundi matin mon réveil sonna dès 6h30, deux tartines dans ma voiture, un café au café du coin et c’était reparti direction Bled à travers des routes de montagnes serpentantes, montantes, offrant régulièrement de jolis points de vues sur d'immenses vallées enneigées.

Bled à tout pour charmer, un joli lac et son îlot, un châteaux, des randonnées permettant de prendre de la hauteur pour une vue imprenable sur le lac et la montagne, un marché de noël, du vin chaud (vin brulé comme ils disent), et surtout des spa !

Voilà qu’après cette journée bien remplie à faire le tour du lac, visiter, grimper, déguster leur célèbre gâteau à la crème, bu une bière, du vin chaud, j’était décidé a testé l’un de ces fameux spa ! Me fiant à l’avis d’une blogueuse vivant en Slovénie, je me dirigeais vers le Rikli Balance Hotel, pour ma plus grande satisfaction ( un peu de luxe dans ce road-trip au confort minimum) ! Pour 20 Euros j’avais accès aux hammams, sauna, jaccouzzi extérieur et sa vue sur le lac de nuit, fruits et thé à volonté, pour un peu et on se serait cru à une autre époque. Le seule condition pour accéder aux lieux était : tout le monde à poil (et c’était mixte). Pas évident les premières minutes et puis finalement on s’y fait (s’en fou) vite (rire), par ailleurs après les onsen au Japon, ceci n’était finalement qu’une formalité.
Quel pied! Voilà, il n’y a pas d’autre mot ! Ça m’a fait un bien fou, tellement c’était ressourçant !
Je confesse que ce soir là il fut bien difficile de retourner à ma voiture, dans le froid. Installée à l’avant siège reculé à fond, Netflix sur le téléphone accroché au pare-brise et comme repas frugale ma conserve « mélange mexicain », tacos de maïs froid et guacamole odel passo (bien mauvais soit dit en passant ce machin).
La nuit sera bien fraîche et le réveil brutal par une envie pipi pressante dès 6h30 le matin !
Étant quelque peu civilisée, je partis en quête de la première station service. Café, croissant puis direction la capitale pour y passer le nouvel an!
 

Incroyable de croire que cette jolie petite ville était une capitale! Traversée par la rivière Ljubjanica, bordée de bâtisses colorées, des rues pittoresques portant encore leurs parures de noël. Des ponts menant d’une rive à l’autre. Une ambiance qui était à la fête ! Des stands de nourritures bordaient les rives gauche et droite proposant toutes sortes de spécialités locale (plutôt pour les amateurs de produits carnés), ainsi qu’un grand marché se trouvant non loin du centre ville. J’apprendrais quelques mots Slovène en sympathisant avec le gérant d’un pub. Puis à la nuit tombée, bars, terrasses, restaurant furent pris d’assaut dans toute la ville. De la musique et des concerts un peu partout, de l’alcool à foison puis un feu d’artifice viendra clôturer 2019 afin d’accueillir 2020 en grande pompe !

Je vous passe l’épisode du lendemain matin ou se fut quasi mission impossible (le 1er janvier) de trouver une station service ou un bar pour trouver des toilettes (je ne manque pas d’histoire sur les urgences toilette)! C’est une auberge de jeunesse qui viendra à mon secours, m’offrant même généreusement le café.

 

Dormir tous les soirs dans la voiture par moins -10 - 12 degrés dehors, manger des conserves froides, la route, les heures de marches me feront décider ce jour là de terminer mon road-trip et de me mettre en route vers la maison. Sept heure de route que je décidais de couper en deux m’arrêtant à mi-parcours dans la charmante cité médiéval de Sirimione en Italie, le temps d’une promenade, d’une glace puis je reprenais la route. 21h30 J’étais de retour chez moi.

2019 aura été jusqu’à son dernier jour, l’année du voyage, et quoi de mieux que de clôturer 9 mois de tour du monde, par une dernière escapade Européenne avant la nouvelle année?

 

 Voyageusement vôtre,

 

Pandora

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recent Posts

April 15, 2019

March 10, 2019

February 14, 2019

December 6, 2018

Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • fb
  • ut
  • insta
  • flikr

© 2018 by We Have a dream