© 2018 by We Have a dream

Voyage de rêve en Polynésie Française !

September 25, 2019

 

Tahiti, c’était avant tout, la destination rêvée d’Estéban. Il m’a longuement cuisiné pendant que l’on préparait notre tour du monde pour que l’on s’arrête à Tahiti.
J’ai longuement hésité à cause du trou énorme qu’allait faire dans le budget un arrêt en Polynésie. Mais on ne va pas se mentir, qui n’a jamais rêvé d’aller voir de ses propres yeux, ces paysages cartes postales qui nous font tant vibrer? Qui nous inspire vacances, détente et exotisme ?

Par chance, en partant de Nouvelle Zélande, le prix du billet d’avion était peu cher (comparé à un départ de Paris), 350 euros à 2, et à peine 300 euros pour quitter l’île en direction des Etats-Unis. Un “aller/retour” pour 650 à deux pour une des plus belles destinations du monde... je n’ai plus tellement hésité longtemps après coup !

Nous avons quitté Auckland un dimanche après midi. Á bord d’un avion Air Tahiti, qui restera sans aucun doute notre meilleure expérience à bord d’un bolide volant. Tout y était hight tech, accueil chaleureux, service irréprochable, confort innégalable, le rêve commençait déjà.

Puis, nous sommes arrivés, quelques heures plus tard, dans la nuit de samedi à dimanche...!
En mode retour vers le futur. Et oui, Nous aurons eut une semaine de 8 jours comprenant 2 dimanche! Ça n’arrive pas tous les jours!

C’est que j’ai faillit me faire avoir par ce décallage horraire ! Partant un dimanche j’avais annoncé à mes hôtes que j’arriverai le lundi ! FAUX !
Ça a fait tilt dans ma tête à la dernière minute! (Dans l’immédiat c’est moins pire qu’en partant du Japon pour la Nouvelle Zélande, j’étais persuadée de décoller le 2 janvier alors que nous partions le 1er! Heureusement, je m’en étais rendue compte en vérifiant mes billets d’avions dans la nuit du 31 !)

Chaleureusement accueillis à l’aéroport par Kévin et Andréa, avec les traditionnels colliers de fleurs tahitiens pour nous souhaiter la bienvenue, j’étais heureuse de revoir des têtes connues. Quelques jours aupravant, ils m’avaient généreusement proposé de nous héberger chez eux, le temps de notre séjour.

Pour cette première soirée, nous ne demanderons pas nos restes. Il est bientôt 2h du matin. Vite au lit avant de recommencer ce fameux dimanche ! 

La nuit fut courte, car les journées à Tahiti commencent tôt si l’on souhaite en profiter au maximum et deux semaines c’est bien trop court pour penser déjà à faire la grasse matinée. Debout dès 6h, nous partions accompagnés d’Andréa pour le marché de Pape’ete.

De la nourriture de partout ! Des fruits, des légumes locaux aussi beaux que goûteux ! Des étales toutes plus colorées et appétissantes les unes que les autres. D’énormes avocats à la chaire verte, douceet crèmeuse, bananes de toutes sortes et toutes tailles, toutes plus sucrées les unes que les autres, fruits de la passion goûteux, mangues juteuses et moelleuses, ananas parfumés, la barbadine avec son parfum subtile en bouche, poncutée d’une douce acidité (qui est officiellement depuis, mon fruit préféré!), le rambutan qui se présente comme un gros litchy ayant comme un goût de bonbon arlequin. Patate douce, taro, lait de coco frai au goût innégalé, sans artificie, onctueux, comme du lait concentré dans la bouche, j’en salive encore ! Et la vanille ! Oh monde dieu! Ces gousses de vanilles! Rondes, épaisses, pleines de ses précieuses graines noires, collantes sous les doigts, leurs senteurs gourmandes imprègnent nos narines, ses saveurs délicates sont envoûtante et appellent au pêché, à la passion, à la cuisine !
Moi qui avait cruellement manqué de légumes depuis plusieurs mois en Asie. Ici, c’était le paradis sur terre! J’allais pouvoir me régaler chaque jour avec les yeux et les papilles !

Bien entendu nous y trouvons aussi toutes sortes de plats cuisinés, même de la nourriture végétalienne, don ces fameuses brochettes de seitan cuites au barbecue, un vrai régal! La brioche au lait de coco fourée au sucre de canne et aux cacahuètes. Cette pâtisserie à base de pâte de riz gluan fourrée aussi de cacahuètes et de sucre. Des plats à base de légumes, lait de coco et curry et de seitan cuit pour remplacer le poulet, aubergines pannées dans une sauce délicieusement sucrée salée.
La tentation se trouve chez chacun des commerçants ! Le régime, ce n’était pas encore pour cette fois-ci! 

Quelques heures plus tard, nous avions finis nos emplettes, avec de quoi prendre notre petit déjeuner et pique niquer plus tard. Ce qui est certain, c’est que nous n’allions pas mourir de faim !
Le marché de Papeete sera notre rendez-vous du dimanche préféré pour faire le plein de bonnes choses durant notre séjour Tahitien.

En fin de matinée nous retrouvions Kevin et un ami d’Andrea. Ils nous emmenaient faire un tour de l’île. Mare (anciens lieux pour rites et sacrifices), faune exotique, flore abondante, une vraie excursion culturelle. Puis, après s’être réglalé de notre repas sur le bord de mer, nous partions randonner dans la montagne.
Une végétation luxuriante, cascades, cours d’eau, on se serait cru dans Jurassic Parc. Un vrai jardin d’Eden. 

Je discute beaucoup avec Andréa en route; nature, plante médicinale, culture polynésienne, je réalise la richesse de cette culture et combien mère nature a tant à nous offrir si l’on s’intéresse un temps soit peu à elle. Les polynésiens la connaisse bien et savent quelles plantes cueillir pour soigner leurs maux. J’envie énormément ce savoir qui, malheureusement, aurait tendance à ce perdre génération après génération.
Notre randonnée se finira sous une pluie diluvienne (Nous sommes en pleine saison des pluies). Mais l’eau qui tombe du ciel si torentielle soit-elle est tiède et agréable. J’adore marcher sous la pluie!

De retour à la maison, nous avons le droit à un après-midi crèpes devant Princesse Mononoké. 

Cette première journée, était riche et fabuleuse! Je tombais déjà amoureuse de cette île.

Les jours suivants nous partirons à nouveau randonner, avec Kevin cette fois-ci, à la découverte de nouveaux paysages et qui m’en apprendra beaucoup sur la vie quotidienne des polynésiens.

Je découvrirais aussi le snorkeling qui me vaudra le plus gros coup de soleil jamais attrapé de toute ma vie!
D’habitude la plage je m’en lasse vite, au bout d’une heure c’est plié. Mais là... là, j’ai découvert de vrais jardins sous-marins, une faune et une flore que je n’avais vu auparavent à part peut-être dans quelques reportages du commandant Coustau ou Ushuaïa.
Ce que j’appercevais là, n’étais qu’un amuse bouche comparé à ce qui m’attendais. Mais quelle merveille les amis! J’étais fascinée par tant de poissons, par ce corail qui tantôt ressemblait à une fleur, un arbre, un cactus, ou à rien que je n’eusse jamais observé auparavant 

Le mercredi qui suivait, nous partions pour quelques jours sur l’île de Moorea. La petite soeur de Tahiti.
C’était incroyable, comment à quelques kilomètres près, les décors pouvaient à ce point être différents. La carte postale par excellence ! Île encore sauvage, sable de corail blanc, lagon bleu, cocotier sur la plage, fonds marins luxuriants, forêt tropicale dense. Si le paradis devait exister quelque part sur terre, il se trouverait sûrement pas bien loin, quelque part dans le pacifique.

Nous logeons dans un air bnb se situant au sein d’un petit village familiale tahitien. La maison est rustique, mais nous offre l’opportunité, d’une vraie immersion dans la vie polynésienne. Même si je ne doute pas que les resorts soient très agréables. Ce n’est pas forcément ce que je recherche quand je voyage. Je préfère et de loin! Ce genre d’expériences plus authentiques, plus vraies.
 

Les bus sont une denrée rare tant à Tahiti qu’à Moorea. Ainsi, nous nous déplacerons à 99,99% du temps en auto-stop, et parfois, sans même avoir besoin du stop. Les polynésiens s’arrêteront souvent tout naturellement pour nous demander où-est ce que nous allons! Et, même si ce n’est pas sur leur chemin, vous pouvez être sûre qu’ils vous y conduiront bien volontier.

J’ai cette anécdote où, je partais avec Estéban à la recherche d’une supérette à proximité de notre logement. Nous avons marché un moment, et je ne voyais rien d’autres que des maisons, la forêt et la mer. Une voiture s’est arrêté quelques instants plus tard à notre niveau pour nous demander notre destination. J’explique que je suis à la recherche d’un endroit pour faire mes courses. La dame m’annonce que je ne suis pas du tout sur le bon chemin et nous invite à monter dans sa voiture. Non seulement elle va rebrousser chemin pour nous déposer à la supérette, mais en plus elle patientera que je revienne et! Nous redéposera juste devant la maison! Je peux vous garantir que ce genre d’expérience donne des frissons, tellement, on ne s’y attend pas, tellement la générosité nous touche en plein coeur. Ce genre d’expérience qui ne peut que nous rendre meilleure et nous inciter à donner, juste pour le plaisir de donner et d’être bon envers autrui. Car, ils n’attendent absolument rien en retour. La gentillesse des polynésiens elle vient du coeur, elle est pure et surtout, elle est sincère. 

Notre coup coeur sur l’île de Moorea revient au lagoonarium. Un motu (petit îlot) où nous avons passé une journée entière la tête sous l’eau à découvrir un jardin de corail somptueux, varié et coloré. À nager au milieux d’une diversité de poissons exceptionnels, des requins et des raies. Le lagoonarium restera sûrement une des plus belles expériences que nous ayons vécu sous l’eau. Il n’y a pas d’autre mot que : magique, pour décrire cette journée.

La plage les Tipanier, où nous avons fait du canoë  jusqu’au motu voisin. Pour une autre session snorkeling dans des eaux cristalines. Seuls au monde, nous avons eut la plage rien que pour nous. On en profitera ainsi toute la matinée, avant de revenir sur la plage de départ.
 

 

De retour sur l’île, nous nous sommes restaurer ainsi face au lagon, cocktail à la main, sous les cocotiers. Puis, avons passé le reste de la journée entre fareniente à l’ombre d’un cocotier, et baignade dans une eau turquoise à quasiment 30°C.

Au retour nous ferons du stop pour rentrer, et c’est un belge expat qui nous prendra dans sa voiture. Nous habitons à l’apposé de chez lui, mais il nous ramènera jusqu’à chez nous ! Voilà, c’est ça la Polynésie! 

 

Notre deuxième semaine sur l’île sera ponctuée au rythme des plongées.
Chaque jour, c’est le pouce levé que nous nous embarquons dans différentes voitures, toujours accueillis avec le sourir, chaleur et bienveillance, pour nous rendre au centre de plongée.

Pour ma première immersion sous marine, ce jour là, pour mon plus grand plaisir Andréa et Kévin m’ont accompagné.

Sous l’eau avec la bouteille, c’est un tout nouveau monde qui s’offre à moi. Une nouvelle façon de se mouvoir dans l’eau, d’utiliser son corps, de respirer. Tout m’est complètement inconnu, je dois apprivoiser ce nouvel environnement à la fois excitant et angoissant (surtout quand tu ne vois plus le fond de l’eau) et mon corps.
Jour après jour, je me sens de plus en plus à l’aise, je vis une expérience fantastique. Entre visite de carcasse d’avion et de bâteau. Immenses murs de coraux, poissons de toutes les tailles et surtout, les tortues! La première fois que cette tortue c’est approchée de moi, plongeant ses yeux dans les miens fixement puis faisant son chemin nageant au dessus de ma tête, j’étais émerveillée. Simplement émue aux larmes par tant de beauté, de majestueusité.

On devient vite accro à toutes ses sensations que l’on ressent sous l’eau. Je ne me sentais plus humaine. C’était comme être en apesanteur, je me sentais chez moi. Mon corps et mon âme qui ne faisaient plus qu’un avec leur envrionnement. Tous les sens sont en éveils. On plonge dans l’inconnu, dans ce grand bleu où le silence règne, dans un monde rempli de trésors et de mystères.
 

Une semaine plus tard, mon niveau 1 de plongée était validé.
Entre temps Estéban a attrapé un staphylocoque au pied, ce qui l’aura privé de plage pour la majeur partie de cette dernière semaine. Guerrit juste à temps pour pouvoir faire son baptême de plongée, le week-end d’avant notre départ. Lui aussi, il s’en souviendra de sa plongée, un vrai poisson dans l’eau !

Le vendredi, nous avions prévu de passé la journée sur Papeete pour faire nos achats souvenirs et s’offrir un ciné, au vu du temps qui se gâtait. Pour l’occasion, nous sommes allés voir Aquaman.

Dernière belle expérience en auto-stop. Une vieille dame attendrit par mon fils et moi avec notre pouce levé, alors qu’au moment où elle nous a apperçut elle était arrivée à destination, nous fera monter dans sa voiture et fera le chemin jusqu’à la maison pour nous y déposer! Le coeur sur la main, nous aurons de magnifiques disuctions sur la vie, elle se confiera à moi sur son enfance, sur combien elle aimait la vie. Elle était bavarde mais tellement attendrissante. Notre rencontre n’aura durée que 20 min, mais se sont des larmes plein les yeux que nous dirons au revoir à cette dame si touchante, qui n’aura eut cesse de me dire de belles choses. Ce genre de mot qu’on peut avoir besoin d’entendre arrivé à un certain stade de notre aventure.

Dimanche, dernier jour à Tahiti sous la pluie. C’est aussi l’anniversaire d’Estéban. Nous avons fêté ses 11 avec Andréa, Kévin, Took, Anne et leurs enfants autour d’un copieux repas auquel tout le monde a participé, ce jeune homme aura également été gâté. Une dernière promenade au Mare puis nous avons fini cette journée en dînant dans une de ces fameuses roulottes Tahitienne. 

C’est ainsi que s’achèvera notre voyage en Polynésie. Globalement nous aurons eut une chance incroyable, car sur 15 jours, nous aurons eut seulement 3 jours de précipitations. En pleine saison des pluies, ça relate du miracle!
Je pensais que la Polynésie serait le break repos de notre voyage, mais tout compte fait, nous sommes loin de nous être reposé.
Le réveil à quasiment sonné tous les jours à 6h, nous avons vadrouillé, nagé, plongé quasiment non stop. Mais qu’importe, on en aura profité autant que possible! Et c’est ce qui compte avant tout !

La Polynésie, touche en plein coeur de par sa chaleur et sa culture. Là-bas, personne ne se prend la tête, tout le monde se tuttoie (que l’on parles à un commerçant, un inconnu, un policier, un juge, même au président! Tout le monde se dit tu de la façon la plus naturelle qu’il soit) et on y prend vite goût à cette simplicité de vivre. On se sent même un peu bête quand on dit “vous” les premiers jours. Ils ont la joie de vivre, vous sourient tout le temps, sont heureux d’échanger avec nous, de nous parler de leur pays, de faire notre connaissance, de nous aider. On se sent vite à l’aise sur cette île où tout le monde te souhaite la bienvenue où que tu ailles et oú tout le monde s’entraide. On y retrouve une solidarité et des valeurs qui à mon goût se perdent de plus en plus en métropole.

Cette destination, restera parmi nos coups de coeur du voyage, tant pour ses paysages de rêve que pour la générosité de sa population.

Un endroit où il est certain, nous reviendrons un jour ! 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recent Posts

May 11, 2019

April 15, 2019

February 14, 2019

December 6, 2018

November 29, 2018

Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • fb
  • ut
  • insta
  • flikr